SUIVEZ-NOUS 

qui sommes-nous ?

La Cave Coopérative de Rousset il y a 100 ans …

Au début du XXe siècle, la ville de Rousset comptait 159 agriculteurs, avec deux marchands de vin, un négociant et deux distillateurs pour les professions liées à la viticulture. Les viticulteurs avaient les mêmes problèmes que ceux du Languedoc et du Var. Ceux qui produisaient plus qu’ils ne consommaient vendaient une partie de leur vendange à un marchand de vin ou distillateur ou à des clients particuliers.

La naissance de la coopérative

1905

Dès 1905, des réunions amicales regroupant une vingtaine de viticulteurs et artisans avaient lieu autour d’une bouillabaisse en février et en août. Neuf d’entre eux ont été choisis pour faire partie du Conseil d’administration de la coopérative, dont le Président, le Vice-président, le Trésorier et le Secrétaire.

1912

Les discussions ont sans doute continué, encouragées par la création en 1912 des coopératives de Pourrières, Pourcieux et Saint-Maximin. En 1913, la Commune de Rousset a acheté le château et les terres attenantes, et a décidé de vendre quelques terres pour compenser les dépenses, dont un quartier Saint-Joseph à la coopérative agricole en cours de formation.

1914

Le 5 avril 1914, une assemblée générale constitutive d’une coopérative agricole de Rousset s’est tenue dans la salle de l’école, en présence de 86 des 122 souscripteurs ayant acquis 823 parts de 25 francs, constituant ainsi un capital social de 20 575 francs. L’assemblée a adopté les statuts, élu les membres du Conseil, décidé de demander l’avis du Service des améliorations agricoles sur le projet, chargé le Conseil de l’achat du terrain, des demandes d’avance remboursable sur 20 ans de l’État, des demandes de subventions et d’emprunts. Le 7 avril, le Conseil a élu le Bureau.

La déclaration de guerre du 4 août a mis un terme à cet élan avant que les statuts ne soient enregistrés. Le 4 octobre, le Trésorier a placé les fonds en Bons du Trésor pour la défense nationale. Ce placement a été reconduit d’année en année jusqu’à la fin de la guerre.

1919

Ce n’est que le 7 septembre 1919 qu’une nouvelle assemblée générale constitutive de la coopérative a été réunie, rassemblant cette fois 75 souscripteurs parmi les 143 porteurs de 1044 parts de 50 francs, constituant un capital social de 52 200 francs. L’assemblée a nommé le même Conseil et a repris les mêmes décisions qu’en 1914. Le 8 décembre, le Conseil a nommé le même Bureau et le 18, les statuts ont été enregistrés à Trets.

La 1ère production

1905

La première récolte de la coopérative a eu lieu en septembre / octobre 1920. Les raisins ont été récoltés à la serpe, puis placés dans des comportes et transportés en charrette à cheval jusqu’à la cave. Le 25 octobre, Mr Jourdan Roger a été nommé gérant et chargé de la cuvaison, de la vinification, de la gestion et de l’entretien du matériel, du recrutement du personnel et de la comptabilité. Lors de l’assemblée générale du 21 novembre, la commission a été chargée de terminer les travaux, car une partie de la récolte avait dû être mise en cuvaison chez des adhérents.

La Cave Coopérative de Rousset aujourd’hui…

Plus de 100 ans se sont écoulés depuis la création de la Cave Coopérative de Rousset, et celle-ci a considérablement évolué ! Aujourd’hui, elle produit en moyenne 20 000 hectolitres de vin par an dans les trois couleurs, avec un total de 78 adhérents possédant près de 400 hectares de vignes. La cave produit des vins en agriculture biologique, conventionnelle, et selon le label HVE (Haute Valeur Environnementale), avec pour appellations les Côtes de Provence, les Côtes de Provence Sainte Victoire et l’IGP Méditerranée.

La gamme de Côtes de Provence Sainte Victoire est composée de raisins récoltés au pied de la Montagne Sainte Victoire. La dénomination géographique complémentaire « Sainte Victoire » a été créée en 2005. Le vignoble s’étend sur neuf communes comprises dans l’aire délimitée du terroir de la Sainte Victoire, dans le département des Bouches-du-Rhône : Châteauneuf le Rouge, Le Tholonet, Meyreuil, Peynier, Puyloubier, Rousset et Trets, ainsi que dans le département du Var avec Pourcieux et Pourrières.

Un microclimat continental

Le vignoble s’exprime sous un climat aux nuances légèrement continentales. Protégé au sud des influences maritimes par les Monts Auréliens et le massif de la Sainte Beaume, il couvre les coteaux de la haute vallée de l’Arc. La barre rocheuse de la Sainte Victoire affirme ce microclimat continental et atténue quelque peu la vivacité du Mistral. Il peut cependant y souffler très fort en protégeant les vignes des maladies. Le vignoble des Côtes de Provence Sainte Victoire (comme d’ailleurs la totalité du vignoble de Provence) est considéré, par l’action asséchante du Mistral, comme l’un des plus naturels de France.

Les sols pauvres et peu profonds, formés de calcaires et de grés argileux, portent un vignoble de qualité : de grands vins rouges gourmands ou charpentés et généreux ainsi que des rosés élégants aux arômes subtils.

Commencer votre voyage vers l’excellence du vin à Aix-en-Provence avec Cave de Rousset.